Err

10 principes de bonne alimentation

10 principes de bonne alimentation

Le professeur de l’École National Vétérinaire de Maison Alfort qui s’occupait plusieurs années de la problématique alimentaire de chien a élaboré 10 principes de bonne alimentation. Voici ses indications.


1. La quantité de liquides.


Le propriétaire du chien qui mange l’aliment sec doit également prendre soin de suppléance hydrique. Cet animal exige particulièrement le bol avec l’eau. La quantité nécessaire de liquide est 60 ml sur chaque kilo, c’est-à-dire que le chien qui pèse 50 kg devrait boire 3 l de l’eau. Il est important de changer l’eau dans le bol pendant les canicules. Cette quantité augmente en cas de chiots, chiennes allaitantes, chiens travaillants ainsi que pendant les journées chaudes.


2. Le changement d’alimentation.


Certains disent qu’il faut changer souvent l’alimentation parce que les animaux comme les gens préfèrent les repas variés. C'est une croyance erronée. Si vous donnez au chien l’aliment de bonne qualité qui répond à ses besoins individuels, le changement de nourriture n’est pas nécessaire. L’exception est la modification des besoins nutritionnels qui exige l’ajustement correct de l’alimentation. Par exemple quand le chiot devient le chien adulte. Il est important d’introduire la nouvelle nourriture progressivement. Il suffit 7 jours pour retirer l’aliment déjà usé.


3. Le temps d’alimentation.


Le chien devrait manger chaque jour à même heure, dans le même lieu en usant le même bol. Le nombre de repas dépend de son âge, état physique et de mode de vie de la famille. Les chiots mangent plus souvent. Théoriquement, le chien adulte peut manger seulement une fois par jour. Cependant, il est mieux de partager la portion quotidienne en deux ou trois parties. Grâce à cela, l’estomac de l’animal ne sera pas chargé. Il est recommandé de donner manger à votre chien après une promenade, jamais avant. En plus, après avoir nourrir, le chien doit se reposer 1 heure au minimum.


4. La quantité d’alimentation.


La quantité doit correspond exactement au rapport calorique individuel de l’animal. Pour que le chien n’ait pas de faim, on déconseille de remplir tout bol. Il est bien de mesurer l’aliment à l’aide de récipient ajouté au paquet avec la nourriture. Après un certain temps, vous allez observer si la quantité est suffisante ou pas.


5. L’alimentation bien équilibrée.


Peu importe si vous préparez les repas vous-même ou servez de l’aliment prêt, la nourriture de votre chien doit être bien équilibrée. Qu’est que signifie ? C’est-à-dire que votre animal de compagnie doit recevoir l’aliment composé de tous éléments nécessaires. Les produits doivent être composés de quantités bien mesurées selon son âge, sa physiologie ainsi que selon sa taille.


6. Le choix de la nourriture.


Avant choisir l’aliment et le mode de nourrir, vous devez vous bien réfléchir car de votre choix dépend en particulier la santé ainsi que la condition psychophysique du chien. Il existe trois critères fondamentaux, qu’il faut prendre en considération :

· L’âge du chien – chiot, chien adulte, chien âgé

· Le besoin énergétique – activité, sport, reproduction

· La taille de l’animal – petite, grande, moyenne


7. La rationalité de nourrir.


Il est obligatoire de répondre aux besoins alimentaires de votre animal. Cela garantit l’aliment sec, si vous le donnes selon les conseils de fabricateur. Malheureusement, les repas préparés dans la maison le plus souvent ne sont pas bien équilibrés pour les besoins de l’organisme de l’animal.


8. L’hygiène.


La production de l’aliment est effectuée selon des conditions sanitaires strictes. Grâce à cela, on diminue le risque de l’intoxication alimentaire. Malheureusement, le repas fait de restes dans la maison qui ne pas mangé complètement laissé dans un bol sale peut provoquer un tel danger.


9. L’évaluation visuelle de la qualité de l’aliment.


La qualité de la nourriture peut être évaluée rapidement prenant en considération l’apparition du chien: son bien-être, son poids approprié, ses muscles bien développés, ses poils sains et ses selles petites et bien formées.


10. L’aide du vétérinaire.


Il devrait être un diététicien pour qu’il puisse effectuer les examens nécessaires et si besoin recommander un régime approprié.

Rédigé le  2 août 2018 12:18 dans AlimentationVie avec chienSanté  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site